Midi Libre, l'emploi près de chez vous

02.11.2009

Montpellier : Idée Un projet de Cité des jeunes au quartier Tastavin

Et une idée de plus ! Cela fourmille de projets en ce moment, place Francis-Ponge. Après la cité Hippocrate, dédié à la médecine sur le site de l'EAI (École d'application d'infanterie), voici qu'un nouveau lieu militaire attire les convoitises municipales. La mairie transformerait bien la caserne Tastavin, partie de l'Emsam entre Boutonnet et la rue Lakanal, pour en faire une Cité de la jeunesse. « Il s'agit de bâtir un lieu pouvant regrouper sous un même toit tous les acteurs offrant des services à destination de l'ensemble des jeunes », explique une délibération, qui sera débattue lors du prochain conseil municipal, lundi 9 novembre.

Dans les faits, il s'agit de regrouper l'Espace jeunesse, la résidence du conseil montpelliérain de la jeunesse, un pôle de rayonnement de la ville étudiante, un nouveau concept d'auberge de jeunesse innovant et pourquoi pas, d'y ajouter une maison des adolescents, un lieu d'expression pour jeunes artistes émergents... Toutes les idées sont les bienvenues pour développer un concept qui soit à la fois « un lieu d'échange, de convivialité, de mixité sociale, de rencontres, de créations de liens, y compris internationaux, et d'expression citoyenne ».

Reste à acquérir le site, magnifique écrin qui offre un immense parc, une cour, un espace commun, un stade... Quel en serait le coût pour transformer l'endroit en cité de la jeunesse ? « C'est bien trop tôt pour le dire, évoquait, hier matin, le maire, Hélène Mandroux. Pour le moment, nous en sommes à définir cinq projets avant la fin de l'année. Ensuite, nous serons en mesure d'aller négocier avec l'armée, notamment un argument sur lequel ils sont sensibles : maintenir de l'emploi. » Un argument qui sera certainement plus apprécié que celui de se voir offrir ces sites militaires pour l'euro symbolique. Les militaires, en partance pour Draguignan et Coëtquidan, ont un humour tempéré par la raison... Donc, il faudra à la mairie, et à Michel Passet en particulier, se montrer persuasif : « J'ai confiance en ce projet important pour la Ville », précisait encore Hélène Mandroux. Il appartient désormais à l'adjoint communiste de mener à bien la réflexion et « substituer un site militaire à une cité dédiée aux jeunes et ainsi apporter une réponse positive au choix subi de retrait de l'armée, mais également rappeler son ancienne affectation par l'internat et le "petit lycée", annexe du Grand lycée pendant près d'un siècle jusqu'en 1954, date à laquelle il fut transféré dans les locaux de la Citadelle ». Le projet doit être ficelé avant la fin de l'année et les négociations avec l'Armée pourront alors commencer.

Auteur : Yannick POVILLON

Mon compte

Pas encore inscrit ?Je crée mon compte

Alerte e-mail Dépôt CV

Retour en haut de la page